Portrait sensible #2 Émilie Court

Un matin, j'ai reçu un message sur instagram :"Tu devrais aller voir ce que fait Émilie".

C'est ainsi que j'ai fait la connaissance virtuelle de cette femme que je considère aujourd'hui comme une sorte d'alter ego. En parcourant son site, j'ai découvert qu'au même moment et sans même nous connaître, nous étions en train de traverser une épreuve similaire : Celle d'un effondrement pro et perso, d'une crise, d'une maladie et pour finir : d'une renaissance. C'est sans aucun doute pour cela que je me sens liée à elle. Son histoire résonne, son parcours me touche et alors que je crée de la papeterie, elle crée des programmes autour de l'écriture...Nous étions faites pour nous rencontrer !


Crise existentielle, journaling, patriarcat et déconditionnement, rituel, CNV, guérison, bien-être et soin de soi...Plongez avec moi à la découverte d'Émilie, une femme qui vous accompagne vers le self-love grâce à la puissance de l'écriture. Une âme sensible et inspirante.


Merci à Émilie pour ses mots et belle lecture à vous !

Son site : https://www.emiliecourt.fr/ Son insta : @ecrire.avec.emilie

____________


___

Hello Émilie. Pour commencer, peux-tu nous parler un peu de toi pour que nous apprenions à mieux te connaître ?

Je m’appelle Émilie, j’ai 40 ans et depuis un an je partage ma vie entre le Morbihan où j’ai acheté ma maison au milieu des bois, et Paris où vit mon compagnon.

J’ai vécu ce que j’appelle un effondrement de ma vie professionnelle et de ma santé en 2020. Au même moment que le premier confinement, mes clients ont gelé leurs budget pour une durée indéterminée et mon eczema, maladie chronique avec laquelle je vis depuis bébé s’est emballée et je me suis retrouvée handicapée par mes mains défigurées et extrêmement douloureuses. Pendant cette période, j’ai beaucoup écrit, et j’ai même dédié un carnet à mon eczéma. C’est ainsi que j’ai pris conscience que je traversais une sorte de burn-out pour lequel j’étais dans le déni depuis plusieurs mois. Ma peau me criait d’arrêter.


J’ai alors pris du temps pour moi, pour me soigner, pour savoir ce que je voulais. Et c’est ainsi qu’à commencé la nouvelle histoire que j’écris avec « Écrire avec Émilie ».


Hypersensible, introvertie, connectée à la Nature depuis petite, l’écriture et la tenue d’un journal intime m'accompagnent depuis toujours. Poèmes, nouvelles, paroles de chansons, introspection… Elle a toujours été un moyen de cultiver ma créativité et de me créer mon cocon inspirant et réconfortant. Et aujourd’hui j’ai envie d’accompagner les femmes sensibles et singulières vers ce chemin fascinant qu’est la connaissance, l’amour et le soin de soi.


_

Tu es spécialisée dans la pratique du journaling. De quoi s'agit-il exactement ?

Le journaling est un outil d’introspection par l’écriture. Il permet de déposer ses émotions et ses ressentis à l’écrit, comme un exutoire. C’est un moyen de prendre soin de soi en s’octroyant un moment de calme et de solitude, pour faire le point, gagner en clarté et en sérénité. Grâce au journaling, on apprend à mieux se connaître, à comprendre nos émotions et à identifier nos besoins, ça permet aussi de développer son estime de soi, sa créativité...


Mais ce n’est pas toujours simple de savoir quoi écrire dans son journal, et on peut rencontrer toutes sortes de blocages. C’est pour cela que je propose ce que j’appelle des guidances écrites : je crée des sessions de journaling guidées par des questions (création et curation) pour aider les femmes à approfondir leur travail d’introspection avec bienveillance envers elles-mêmes.



_

Quand as-tu commencé à t'y intéresser et pourquoi ?

Depuis que je suis petite, j’ai toujours eu un carnet dans lequel je tenais mon journal, écrivais des poèmes, des chansons, des petites histoires, dans lequel je dessinais aussi... C’est donc de manière très naturelle que le journaling est entré dans ma vie.


Il y a eu des périodes où je pratiquais moins, mais je m’y suis remise de manière régulière vers mes 35 ans alors que je traversais une crise existentielle. Depuis, j’écris quasiment tous les jours et ça m’aide énormément à prendre des décisions, à me soutenir, à être plus sereine.


C’est en travaillant pour les aidantes et les aidants, alors que je cherchais des outils pour les accompagner au quotidien, que j’ai découvert que c’est une activité reconnue scientifiquement pour ses bienfaits tant sur la santé mentale que physique..


_

Tu as créé un programme en ligne " Voyage au coeur de nos émotions " avec une méthode bien à toi inspirée de la CNV. Peux-tu nous en parler ?

Comme pour tout ce que j’entreprends, il y a une grande part d’intuition.

Pour te donner un exemple, mon carnet à compléter “ Écrire avec Émilie pour vivre sa meilleure vie ” est inspiré de la CNV “ par accident ”. Ce sont les testeuses de la version bêta qui m’ont dit que ma méthode était une approche pratique de la CNV, je n’avais même pas fait le lien, pourtant évident !

Pour mon programme “ Voyage au cœur de nos émotions ”, c’est l’élan que j’ai reçu devant le succès de mon premier atelier gratuit qui m’a donné l’idée de le créer ! Je me suis dis : il faut que j’ai quelque chose à leur proposer pour les remercier de leur enthousiasme. C’est comme ça que le programme est né.


Ce programme je l’ai conçu en m’inspirant de ma propre expérience avec le journaling. Quand j’ai repris mon rituel quotidien à l’aube de ma crise existentielle, j’ai vite constaté que je tournais en rond, que je me plaignais beaucoup, que ni mes relations ni ma vie ne m'enthousiasmaient. Je ressassais beaucoup et je me sentais bloquée. Me relire m’a permis d’en prendre conscience, ça a été une claque et le début du grand ménage de printemps ahah. En comprenant mes émotions et leur lien avec mes besoins inassouvis, les choses sont devenues plus claires et j’ai pu passer à l’action pour changer ma vie. “ Voyage au cœur de nos émotions ” est un périple introspectif inspiré de la CNV pour la bienveillance et l’écoute de soi, qui intègre aussi des notions de déconditionnement pour pouvoir “faire le tri” entre notre authenticité et les injonctions sociétales.

Parce que je suis convaincue que pour prendre soin de soi, on doit aussi se déconditionner et prendre conscience des inégalités et des doubles standards, notamment quand on est une femme. Savoir que nos sources de mal-être peuvent être dû à la société patriarcale et ses violences, ça permet aussi de se sentir moins seule et de déceler l’origine de certains de nos maux. Quand la bédéiste Emma a sorti sa BD sur la charge mentale, ça a permis à des millions de femmes et de mères de prendre conscience de cette inégalité et de ses conséquences sur leur santé mentale. C’est un premier pas pour changer les choses, tant dans la sphère intime que collective.




_

Je sais que tu écris beaucoup sur ordinateur mais que, depuis cette année, tu t'ai remise à l'écriture manuscrite... Pourquoi avoir voulu revenir au papier ?

J’ai écrit à l’ordinateur, dans l’application Evernote, pendant des années essentiellement pour des raisons de praticité. Pour moi, c’était plus simple de rassembler tous mes écrits sur un seul et unique outil dont je pouvais disposer sur mon ordinateur et mon téléphone. Mais j’avais toujours un carnet pour les vacances ou quand j’avais besoin de faire une pause des écrans.

Reprendre un carnet me chatouillait depuis quelque temps. J’ai eu le déclic en écoutant une des femmes que j’ai interviewée nous raconter son rituel matinal. Depuis le début de l’année donc, j’ai repris mon carnet et je m’installe dans mon canapé, devant la vue sur le clocher, avec un bon café (parfois même la nuit durant mes insomnies). Et j’écris pendant 30mn environ. Je suis très heureuse d’avoir retrouvée ce rituel, d’autant plus que je supporte de moins en moins les écrans.


_

Tu tiens également un journal intime depuis des années. Peux-tu nous parler du rapport que tu entretiens avec cet objet ?

En ce moment, j’ai 4 carnets différents que je trimballe dans mes allers-retours entre la Bretagne et Paris ! Un pour mon journaling, l’autre pour mon bullet journal. Le 3e pour le travail et le 4e pour un projet créatif.


J’ai toujours adoré les carnets, j’en ai des dizaines de toutes sortes ! En ce moment j’achète essentiellement les Leuchtturm1917 car je les trouve esthétiques et pratiques (la possibilité de paginer est très utile pour moi). Mais je rêve de m'offrir un En Corymbe prochainement ;-)


J’ai retrouvé certains carnets de mon enfance quand mes parents ont déménagé de la maison où j’ai grandi ; j’adore les avoir près de moi. Ils sont précieux à mes yeux car ils symbolisent tous une époque. Je trouve très émouvant de les feuilleter. C’est mon petit trésor personnel car il y a un peu de tout dedans. Des dessins, des secrets, des dialogues avec mes meilleures amies, des photos, des souvenirs de concerts...


_

L'écriture est à tes yeux un outil de guérison pour prendre soin de soi, n'est-ce pas ? Peux-tu nous en dire un peu plus à ce propos ?

J’aime beaucoup cette citation de Pascal Quignard qui résume bien l’intérêt d’écrire pour y voir plus clair et approfondir sa pensée : “ La meilleure façon de penser est d’écrire. ”

Quand on se fait du souci, qu’on a tendance à stresser, angoisser, ou qu’on rencontre des situations conflictuelles, on peut avoir tendance à s’auto-flageller et à ruminer. L’écriture nous aide à sortir de ces boucles toxiques, à prendre du recul avec nos émotions, mais aussi à davantage structurer notre pensée et faire des choix en conscience. Poser ce qu’on traverse à l’écrit est un acte puissant et libérateur, qui nous permet aussi d’apprendre à mieux nous connaître et à cultiver l’amour de soi et l’auto-bienveillance.

Et puis l’écriture est un outil accessible ; il suffit d’un papier et d’un stylo pour décharger les tensions et les émotions difficiles à traverser.

Pour moi, écrire, marcher dans la nature, danser, chanter, créer sont les meilleurs moyens de prendre soin de soi, et ils sont accessibles à toutes et à tous !


_

Aurais-tu un conseil à donner aux personnes souhaitant commencer à écrire ou à pratiquer le journaling ?

L’envie et le plaisir, c’est la base !


Prendre rendez-vous avec soi-même, s’offrir un joli carnet (un En Corymbe ??), se créer une ambiance cocooning (boisson chaude, musique douce, plaid, bougie, guirlande...), éteindre ses notifications et dédier 10, 15, 30mn à une session de journaling en s’ancrant dans le moment présent grâce à ces questions (par exemple) :


● Comment je me sens aujourd'hui ?

● Quelles émotions aies-je ressenties ?

● Comment je les ai gérées ?

● Est-ce qu’il y a quelque chose dont je suis fièr.e, ou au contraire, que j'aurais pu mieux faire ?

● Quelles sont mes 3 gratitudes de la journée ?


_

Un.e auteur.e, un livre, une personne qui t'inspire particulièrement ?

En ce moment je suis le livre-programme de libération de sa créativité de Julia Cameron, c’est une grande source d’inspiration. J’expérimente - entre autres - ses fameuses “ pages du matin ” et en ressens déjà les bienfaits. Je suis convaincue que si on était davantage connectées à notre créativité, cela amenuiserait nos problèmes de santé mentale et la vie serait plus douce et joyeuse (et le monde moins violent !).


_

Si Fle pouvait créer le carnet idéal pour Emilie court, à quoi ressemblerait-il ?

Le carnet serait ligné et en format A5, sa couverture souple, illustrée d’un dessin emblématique de la marque. Mais j’ai aussi très envie d’expérimenter les formats déjà proposés ;-).


Retrouvez Émilie sur :

Son site : https://www.emiliecourt.fr/ Son insta : @ecrire.avec.emilie


Pour trouver un carnet, cliquez ici

MERCI pour votre lecture et à bientôt pour un nouveau portrait sensible !

31 vues

Posts similaires

Voir tout